Logiciels libres et le Gouvernement

Archive for the ‘Politique’ Category

À quand la politique Open Source?

with 3 comments

L’entrée des logiciels libres dans le monde gouvernemental n’a pas qu’ébranlé la vision que nous avions de la responsabilité des gouvernements dans le choix de leurs logiciels. L’apparition graduelle et réussie des logiciels libres et de leur philosophie a entraîné une réflexion qui a permis le développement du concept à des domaines autres que celui du logiciel : « LE LIBRE ». Le monde du matériel informatique en compte quelques exemples (Arduino, Gumstix) tout comme celui de la création(Creative Common) et même le monde de la nourriture se met de la partie (OpenCola).

La sphère politique a vu certaines opportunités qu’offre le logiciel libre et une nouvelle idée est apparue au sein de la communauté électronique et politique: la politique libre (traduction libre de Open Source Politics). Qu’est ce que la politique libre? En fait, c’est un concept énormément débattu. Par contre, nous savons que cette idée à pris racine au sein même du monde politique: probablement durant les élections américaines opposant Georges W. Bush contre John Kerry. En effet, Howard Dean, alors président du comité national démocrate, tentait d’acquérir des votes et trouva une solution originale pour toucher le plus de voteurs possible: Internet et ses outils. Un résumé de cette histoire peut être lu sur le site de WIRED.

Un article écrit par Micah L. Sifry parut dans The Nation(article) en 2004 est une ébauche de ce que pourrait être la politique libre. L’auteur se base sur le fonctionnement des logiciels libres et offre un équivalent politique intéressant:

Appliqué aux organisations politiques, ‘source ouverte’ signifierait ouvrir la planification et l’implantation à la participation de la communauté, laissant les participants évaluer la valeur des plans et des actions pour éventuellement être capable de concentrer ses ressources loin des mauvais plans et des mauvais planificateurs pour les diriger vers des meilleurs et ainsi obtenir plus de participation à la vie politique. Cette nouvelle vision signifierait que la politique devrait s’éloigner du modèle d’organisation égocentrique pour se concentrer sur une organisation réseautée. (traduction libre) (source)

Bien sur, ce modèle ne se vente pas d’être parfait ni exact. Déjà, au moment où on doit nommer le phénomène, la discussion s’impose. Certains parlent d’Open source politics quand d’autre préfère dire Open politics. La différence entre les deux se situe évidemment dans le mot ‘source’. Pour Nicco Mele, un ancien webmestre pour Howard Dean, ‘open source’ veut dire quelque chose de bien précis pour les hackers mais pour la culture populaire l’expression signifie quelque chose de légèrement différent. [Il est] confortable avec la notion que les principes fondamentaux de l’open source sont la collaboration, l’accessibilité et la transparence (source). Une crainte au sein de la communauté technophile est portée sur la possible confusion entre l’open source et l’open source politics qui pourrait laisser croire que c’est uniquement la technologie qui fait partie de la solution.

Pour le moment, l’idée semble en gestation. Une réflexion sur le sujet doit être approfondie. Les caractéristiques de base de cette nouvelle façon de politiser ne sont pas encore synthétisées. Plusieurs tentatives et modèles peuvent être découverts sur le net. The white house 2 propose un système où les participants peuvent proposer des priorités politiques, les endosser ou les rejeter. C’est aussi un lieu disponible pour la discussion et l’échange d’informations. Une alternative canadienne existe et se nomme openpolitics.ca. La mission de ce site est clairement expliquée, mais il reste encore à voir l’efficacité de ces méthodes.

La politique libre semble être une bonne idée mais tout comme les logiciels libres, il lui faudra du temps et du travail avant d’arriver à un résultat aussi efficace. Par contre c’est un concept qui mérite réflexion. Même si le concept semble difficile à appliquer concrètement, pensez-vous que les dirigeants politiques devraient envisager une version hybrides redonnant le pouvoir au peuple ?

Publicités

Written by pierrelibre

7 avril 2009 at 06:11

Publié dans Politique

Dimension politique, direction toute gauche ?

with 2 comments

Nous nous sommes posé la question suivante : est-ce que la migration vers les logiciels libres est davantage supportée par les partis politiques de gauche ?

Nos recherches nous indiquent que cela semble effectivement être le cas en France. Nous avons analysé l’article de Linux France au sujet des « positions des formations politiques sur le logiciel libre et sur la brevetabilité des logiciels. » La plupart des partis de gauche, notamment le parti vert, le parti communiste révolutionnaire, le mouvement des citoyens, le parti communiste Français et le parti socialiste sont en faveur de la migration vers les logiciels libres et en général contre les brevets logiciels. D’autre part, le parti de la démocratie libérale a pour sa part quelques réserves et divergences d’opinions au sujet des brevets logiciels. Évidemment, cette seule analyse ne nous permet pas de tirer des conclusions solides compte tenu du fait que la France tend naturellement vers la Gauche …

Comme nous l’avons vu plus tôt dans le cours, les licences copyleft ont souvent été critiquées par Microsoft qui les considère virales. Considérant le mode de propagation des licences copyleft, voici quelques questions qui nous viennent à l’esprit :

  • Est-ce que cette propagation de licences copyleft favorise un environnement anarchiste ?
  • S’agit-il plutôt d’un environnement contrôlé par l’état sous la forme de lois, donc un peu plus socialiste/communiste ?

Nous vous donnerons notre réponse suite à vos commentaires !

Written by jpm2009

26 mars 2009 at 17:05

Publié dans Politique