Logiciels libres et le Gouvernement

Demande d’information de TPSGC (partie 2!)

with 4 comments

Nous avons porté à votre attention il y a maintenant plusieurs jours que le ministère des Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC) a publié le 20 janvier de cette année une demande d’information (DI) visant à recueillir des commentaires de l’industrie concernant les logiciels libres.
 
Après quelques recherches supplémentaires, nous sommes maintenant en mesure d’affirmer que la demande d’information (DI) semble confondre la définition même des logiciels libres. La DI mentionne que les logiciels libres sont ceux « qui ne font pas l’objet d’un coût pour la licence d’utilisation, qui peuvent donc être utilisés sans frais et que l’on se procure le plus souvent en les téléchargeant sur Internet. » Il s’agit plutôt de la définition d’un gratuiciel tel que défini sur Wikipedia : « Un gratuiciel (freeware) est un logiciel mis gratuitement à disposition par son créateur. » Nous avons également trouvé sur cette même page de Wikipedia une distinction bien définie entre les gratuiciels et les logiciels libres qui démontre encore mieux pourquoi TPSGC ne comprend pas bien la définition d’un logiciel libre : « Il faut aussi distinguer le gratuiciel du logiciel libre. Le logiciel libre offre la liberté et non la simple gratuité de la distribution. En particulier, il permet notamment la diffusion et la modification de ses sources, ce qui n’est pas nécessairement le cas des gratuiciels. Bien que distribués gratuitement, les gratuiciels sont principalement des logiciels propriétaire qui utilisent des licences de distribution restrictives. Certains logiciels restreignent même votre capacité à les redistribuer. »
 
Pourtant, six ans plus tôt, Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC) a entrepris une étude spéciale afin de déterminer le rôle des logiciels libres dans l’évolution de l’architecture de nos systèmes d’information. Cette recherche, étendue par la suite au gouvernement du Canada, décrit avec justesse ce que la demande d’information n’a pu faire. Cela vient donc accentuer le doute qui plane au dessus de cette fameuse demande d’information… Auraient-ils oublié d’effectuer une simple recherche sur Google en utilisant les mots-cl/s suivants : logiciels libres gouvernement Canada ?

Voici quelques sources supplémentaires qui appuient notre opinion et qui critiquent la définition de la DI :

  • « The department is going about it as though they were out to buy a truck. But open source software is not like most items you purchase from a vendor. Open source software is a human resource issue as much as it is a product » ItWorldCanada
  • « Not only do the terms No Cost Licensed Software focus entirely on the “free beer” aspect, missing that free software is about “free speech”, but the term “No Cost Licensed Software” includes everything that can be downloaded at no cost. » Publié sur un Wiki préparé en réponse à la DI.
  • « There is an industry accepted definition of open source software provided by Open Source Initiative (OSI).  Open source software license specify re-distribution rights, availability of source code and other terms that are not necessarily specified in a ‘freeware’ license.  We would suggest not creating a new one. » publié sur le blogue de Ian Skerrett.

Comme vous pouvez le constater, les répondants démentent avec vigueur cette définition inexacte des logiciels libres. Suivant la définition de la DI, les produits n’étant pas gratuits ne seraient pas des logiciels libres ! Il est fort à parier que TPSGC recevera de nombreuses réponses, si ce n’est que pour corriger sa définition des logiciels libres…

Publicités

Written by gouverlibre

3 mars 2009 à 06:26

Publié dans Gouvernement du Canada

4 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Bonjour,

    Bien que j’aie utilisé plusieurs logiciels libres par le passé, avant de suivre ce cours sur les logiciels libres, je ne maîtrisais pas bien toutes les différences entre un gratuitciel, un shareware, un logiciel du domaine publique, un logiciel ouvert, un logiciel libre et logiciel propriétaire.

    Par contre, je crois que le gouvernement a le devoir de bien s’informer et d’utiliser des termes exactes dans ses communications.

    Jonathan Guay

    jonathanguay

    29 mars 2009 at 20:08

  2. Bonjour Jonathan,

    Tu as tout à fait raison. C’est un peu pourquoi nous avons écrit cet article… Je suis certain que le Gouvernement a reçu bien des insultes suite à cette demande alors qu’à mon humble avis, il faudrait tout au plus féliciter cette initiative et apporter des commentaires constructifs plutôt que de simplement critiquer les définitions utilisées dans la demande d’information !

    Bonne journée,

    JPM

    jpm2009

    29 mars 2009 at 20:17

  3. Dans le même ministère, et d’autres du gvt du Canada, il y a des gens qui comprennent tès bien ce qu’est le logiciel libre, pourquoi ne pas le leur avoir demandé et lu leurs travaux avant de lancer cette demande?

    Daniel Pascot

    17 mai 2009 at 23:54

  4. Voilà une excellente question que nous nous posons toujours…………….

    jpm2009

    18 mai 2009 at 09:48


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :